Après le petit déjeuner, un peu contrarié à cause de la télé qu’Éléonore avait allumée pour avoir des nouvelles du Brexit, je suis allé lire au soleil du banc de la fontaine qui fait face à la porte d’entrée. J’y ai entamé L’Étourdissement, sorte de fantaisie sur fond d’abattoirs...