J'en fais partie. Il m'est difficile dès lors, pour cause de simple décence, de donner un quelconque point de vue sur les textes qui m'entourent. Quoi qu'il en soit, que des inconnus de moi, hormis Cécile Wajsbrot dont j'avais lu avec plaisir Le Visiteur. Pourtant, parmi ces inconnus, je remarque que bon nombre d'entre eux ont à leur actif une impressionnante bibliographie, dont pour certains « prestigieuse », ainsi Franz Bartelt (le premier paragraphe de son texte m'a suffi pour que je passe au suivant) ou Pascale Fonteneau, tous deux galimmardiens. Jamais entendu parler (ce qui n'est pas une preuve en soi). Et de nouveau ma question : qui sont donc tous ces auteurs qui surchargent les catalogues des grosses maisons d'édition et étalent leur palmarès comme si l'Histoire pouvait avoir quelque regard à leur égard (ou quelque égard à leur regard) ?... Comme dans le précédent, extrême variété et diversité avec tout de même un net penchant pour la banalité. Pour l'heure, je retiens Xavier Deutsch et Jef Geeraerts. J'attends avec impatience (je suis le cours logique de la lecture) le texte de Cécile...

 

10 octobre 2000