« Je m'appelle Estelle. »

C'est ce qu'elle m'a affirmé, avec un petit rire délicieux, petit rire qu'elle a aussitôt fait suivre d'un autre, non moins délicieux – malgré la pointe d'amusement, voire de moquerie qu'il m'a semblé y voir –, lorsque je lui ai annoncé le mien : Gaston.

« Comme c'est charmant, Gaston ! »

Elles ont toutes eu un gloussement gai, même celles que je ne connaissais pas encore mais qui, après Judith, Prudence, et maintenant Estelle, allaient m'être présentées...