C'est un recueil.

Une chance pour la nuit est le premier texte, journal, fictionnel ou non, qui dans le second cas n'a pas d'intérêt quant à son contenu, et dans le premier est d'une maladresse d'écriture inouïe. Dans l'un ou l'autre cas, c'est un ratage complet.

 

La même maladresse et la même pauvreté marquent le suivant Sous-marine qu'il me semble bien avoir lu dans le premier recueil désastreux de Page à Page et, sous réserves de vérification, ceci expliquerait la vague familiarité qu'appelait en moi le nom de l'auteur. Je n'ai pas terminé ce texte. Je poursuis...