Polar de la Série Noire, fin 1970, l'époque des illustrations de couverture à la limite de la farce. À mourir de rire, comme dirait Richard. Il y a quelque temps de cela, j'en ai achetés quelques-uns rien que pour la couverture. Je n'ai pas achevé celui-ci. J'aurais pu le terminer, ce n'est pas déplaisant, mais traîne sans cesse à la queue de cette lecture un net sentiment d'inutilité, de perte de temps... À noter la petite histoire en introduction dont le ton résolument gaillard m'a très étonné, même si nous sommes en 1977...

11 octobre 1996