Hier soir, j’ai regardé, pour la troisième ou quatrième fois, Vanya 42e rue de Malle, avec le même plaisir. Quelle chose magnifique... Auparavant, j’avais parcouru Flash back. C’est un « recueil de nouvelles », comme l’indique la couverture, qui s’apparenteraient davantage à des récits puisque c’est uniquement autobiographique. Qu’en dire sinon que ma mère aurait pu l’écrire ? Tranches de vie, souvenirs. J’en retiens un, celui où elle parle de son enfance, de ses origines ; je ne m’étais pas trompé, elle est bien de la grosse bourgeoisie de la région, Flipo, Masurel, les filatures (cela commence au début de la guerre, année probable de sa naissance ; elle aurait donc soixante-quinze ans), mentionne l'annuaire des familles que Gervais nous avait montré à une époque. La typographie, comme elle-même le souligne, dans son mot, est une horreur. C’est édité par Antya à Descartes dans l’Indre-et-Loire ; sur la quatrième de couverture, elle a barré le logo. Je lui ai écrit pour lui faire part de ma perplexité face à cet envoi…

 

28 juillet 2017