Stan est arrivé, puis Jaouen et Apolline. Nous avons bu un verre de champagne avant de partir pour le Playsir. Au matin, Stan m’avait offert une bouteille de St Joseph et une demande de retraite vierge glissée dans une enveloppe qui portait ces mots : « bon anniversaire old schnock ». Jaouen m’a tendu deux livres de photographies ; les siennes. Le premier, Minéral, était de la part d’Éléonore via Buenos Aires (je n’ai pas été surpris, elle me l’avait dit) ; le second, Carnet des deux rives, de sa part. Ce sont deux livres à la couverture cartonnée, de belle facture, à son nom et sans mention d’éditeur. Il y a une trentaine de photographies sans aucun texte. Je connaissais l’existence du premier puisque j’avais reçu, comme d’autres personnes, un courrier qui informait de son existence et qu’il proposait à la vente (Éléonore m’avait dit de ne pas l’acheter). Il en avait donc « fait » un second. Lorsque je les avais eus en mains, je n’avais fait que les feuilleter, ce n’était pas le moment de lui poser des questions et nous allions partir. Je les ai mieux regardés à mon retour. C’est superbe, contenu et contenant et je me demande qui s’est occupé de leur confection (y figure la mention blurb et l’avis que les droits restent à l’auteur ; je pensais à un site sur le réseau, Jaouen me l’a confirmé il y a une heure)

 

16 mars 2013