En face de moi, la pile des livres lus qui attendent leur passage sur le site. Je remets de jour en jour, ne me sens pas du tout l’envie de faire le moindre commentaire. Il faudra bien pourtant que je m’y mette.

Fleischer. Ça commençait plutôt bien, et puis je me suis lassé ; cette histoire de substitution d’identités n’en finit plus, ne semble mener nulle part, et je me suis demandé s’il ne s’agissait pas là d’un rossignol. J’avais eu la même impression à une époque en lisant un Rezvani (Coma, il me semble), celle qu’il fallait bien remplir les pages, contrat oblige. Je l’ai arrêté à la page 138 à « (je dus tirer la ligne pour faire sortir le poisson d’argent toujours accroché à son hameçon, et pour remonter son mécanisme). » Mais il y a deux notes :

 

45 et s. le truc du déplacement dans un autre corps

En effet, il s’agit bien d’un truc que l’on peut retrouver dans une bonne centaine de récits de SF ou d’anticipation. En soi, ce n’est pas gênant, mais le problème, c’est qu’il n’en fait pas grand-chose, que, à la vérité, il ne sait qu’en faire.

 

72 & « ma voix » ! Non, ça doit être celle de Blanc

Mais en relisant, j’ai un doute, et je ne me sens pas l’humeur de vouloir le dissiper.

 

20 juin 2008