The Hamlet, de l'ami Faulky... Commencé il y a une bonne dizaine de jours, achevé aujourd'hui. Je n'avais que peu de souvenirs du Hameau, sauf une impression de longueur. C'est vrai que The Hamlet est loin d'être son meilleur roman, et c'est vrai qu'à la relecture dans le texte, j'ai retrouvé certaines longueurs, et n'eût été tout ce qui m'attache à Faulkner, je ne serais peut-être pas allé jusqu'au bout... ce qui est bien un mensonge, car ça ne ralentit que pour mieux repartir. Et puis il y a le style, le ton. Bref, il y a lui. Comment imaginer un seul instant que je n'aille pas jusqu'au bout ?...