Que j’ai entamé ce matin. Le sous-titre est « Lettres volées ». Gadenne explique, en préface, dans quelles circonstances il a trouvé ces lettres qu’il publie. Que penser d’une telle démarche ? quelle est sa validité, sa raison d’être ? J’attends de les avoir lues en totalité. Une gêne, pourtant, et d’importance : les commentaires que l’auteur se croit devoir de faire en introduction de chacune d’elles. Manque flagrant de justesse, d’autant qu’il précise p. 12 : « De telles lettres se passeraient de commentaires. Ce qu’elles racontent est suffisamment transparent. » Qu’il se taise donc !

(a-t-il eu quelque remords à placer son nom en couverture et s’est-il cru bon d’intervenir ? ou alors sont-elles fausses, entièrement inventées ?)