Première édition avec illustrations de Bérard. Acheté une misère à Wazemmes.
Ne l'ai pas achevé. M'ennuie.

Je note page 19, ce propos concernant le roman : le Président qui parle,
en l'occurrence des souscriptions de sa société :
« [...] c'est leur imagination seule que nous avons l'ambition de servir, et nous ne commettons pas l'erreur des romanciers, qui se croient tenus, quand ils ont leur titre, d'écrire en supplément le roman lui-même. »

29 octobre 1996