Après le petit déjeuner, je suis remonté me blottir contre mon chauffage au gaz pour achever Et puis voici des vers que j’avais entamé hier avant de me rendre chez ma mère. J’avais eu beaucoup de réticence à aborder ce livre. J’y voyais je ne sais quoi de sérieux qui aurait atteint Guitry à la fin de sa vie. Rien de tel. C’est fantaisiste, léger, amusant (pas trop). Un peu de Renard ou d’Allais, en moins fin, moins malicieux, moins débridé notamment pour le second. Ça se lit. Il est tout de même plus inspiré sur une scène.

 

7 mars 2005