Je ne sais vraiment pas comment il a atterri sur mon bureau. Je pense que c’est Éléonore qui l’y a mis, mais pour quelle raison ? Il est resté à la même place pendant huit jours, à me proposer cette couverture bleue au dessin rigolard que je vois tant circuler dans la maison au gré des ventes d’Éléonore (ça se vend très bien). Puis, hier, je l’ai pris et je l’ai emmené au lit. J’en ai lu la moitié, et ça ne me déplaît pas du tout ; on dirait du Djian raccourci, ou simplifié ; un résumé de Djian au féminin. C’est plaisant, et écrit juste. Je vais le terminer ce soir.

 

3 juillet 2012