J’ai passé en revue sa boutique en vue d’y trouver un livre que je pouvais lui acheter. J’y ai découvert avec une drôle de surprise Le faubourg des coups-de-trique de Gerber qui a disparu de ma bibliothèque depuis quelques années. Le dernier souvenir lié à ce livre, c’est le prêt que j’en avais fait à Joséphine qui, alors qu’elle passait quelques jours à la maison, m’avait demandé quelque chose à lire. Je ne l’avais pas revu depuis. N’y plus pensais plus guère, en vérité. Je ne peux évidemment soupçonner Susan de me l’avoir subtiliser. Sans doute se trouvait-il dans le meuble du purgatoire du grenier. Sans doute…

 

2 novembre 2004