Prélevée cette nuit dans la souffrance. Pourquoi celui-là plutôt qu’un autre qui peut-être m’aurait intéressé davantage ? Justement, rien ne m’attirait précisément, et il me fallait quelque chose de facile à lire. Je l’ai entamé ce matin et je ne sais toujours pas pourquoi je m’attache à lire Giraudoux, notamment son théâtre qui ne m’a jamais rien inspiré de particulier…

Il fait beau…

 

5 novembre 2002