Dans ma mallette, j’ai glissé Piccoli equivoci. Il me fallait un livre en italien pour le trajet et surtout pour ce soir et demain, avant que je n’aille m’approvisionner à Cafoscarina (penser à regarder Gozzi, Mémoires vénitiennes, que je ferais mieux de lire en italien – c’est Léo qui m’a remis cet exemplaire avant de quitter la France pour le Vietnam).

 

14 septembre 2013