Au soir, les voisins m’ont excédé, la gamine qui braille, eux qui parlent fort, les machines, le compresseur. Tout cela ne dure pas bien longtemps, mais c’est insupportable. Il faut à tout prix que j’apprenne à l’accepter, car quoi que nous en disions, il n’y a rien que l’on puisse faire. Après le repas, j’ai poursuivi Godard avec un plaisir qui tout de même m’étonne beaucoup car qu’est-ce qui le suscite ? Qu’est-ce que j’en attends ? J’ai l’impression qu’à l’image d’un journal, une biographie recèle un attrait particulier. C’est une explication comme une autre.

 

20 avril 2010