C'est éclatant ; comme d'habitude, pourrais-je ajouter, et que Giraudoux ait pu écrire Pleins pouvoirs, ce texte de pauvre type, nauséeux et haïssable, me laisse de plus en plus perplexe... Comment peut-on être ces deux hommes à la fois, le diplomate lamentable et commun – tel qu'il apparaît dans Pleins pouvoirs – et l'écrivain remarquable ?

27 mai 1991