Je suis en train de mettre en ligne les livres de ce matin (à Croute ; nous avons profité d’une éclaircie pour nous y rendre et sommes tombés sur Apolline, Jaouen, Darius et Adrienne qui vendaient sur le trottoir d’une de leurs amies – à la frontière : l’autre côté de la rue est en Belgique  ; ça y est, Apolline et Jaouen ont vendu leur maison, en ont trouvé une du côté de Rodez, ils partent fin septembre, nous mangeons chez eux demain). Mon regard s'arrête sur une couverture familière que je n'avais jamais vraiment regardée, celle des Contes de la rue Broca de Gripari. Elle est on ne peut plus suggestive, d’autant que le manche est dans l’alignement exact du cou et que la chevelure ressemble à s’y méprendre aux poils d’un balai…

 

21 août 2016