J’ai entamé Les soirées du hameau. Contes et légendes avec le diable en personne escorté d’une multitude de sorcières. Je peine à m’y attacher. Je peine du reste à lire. Je survole les dos de la souffrance et rien ne m’attire, rien ne pousse ma main à se diriger vers l’un ou l’autre, pas même le troisième tome des Yapous, ou Saramago, ou Faulkner qui attend toujours au pied du petit siège noir de mon bureau.

 

24 février 2008