En parallèle, Guermantes II et Sodome I ; je poursuis, après une longue pause, ma relecture de la Recherche. Dois-je en dire davantage ?...
La magie reste intacte ; est même accrue. C'est encore meilleur en relisant : redécouvrir, reconnaître, et même souvent découvrir.
Ainsi deux faits que j'avais complètement oubliés et qui éclairent d'une toute autre lumière l'un des points scabreux du Temps retrouvé : l'homosexualité de St Loup. Tout le monde, et moi le premier, y avait vu une certaine légèreté de la part de Proust. Mais en relisant, je m'aperçois que ce n'était pas si léger et si gratuit que ça, car déjà à la page 89 de mon exemplaire de 1933, je relève un doute quant aux mœurs de St Loup et de ses trois autres camarades (la bande des quatre qui couchent ensemble dans les châteaux) ;
ce détail m'en a fait rappeler un autre, celui-là à la page 164 de mon Guermantes I de 1929,
c'est-à-dire les propositions faites à St Loup par un passant dans la rue (St Loup réagit violemment, mais il n'empêche, c'est posé)...
Pour le reste... c'est admirable, je suis encore tout autant bouleversé...

18 avril 1991