J’ai lu l’un des livres neufs de Robertserre, Borgia, comédie contemporaine d’un certain Thomas Gunzig, Bruxellois, aux éditions Au diable vauvert. C’est amusant. Je ne sais pas si je vais le conserver ou non.

 

5 octobre 2016