Pour me tenir un peu au courant. C'est aux Éditions de l'Aube, petit fascicule noir qui reproduit leur allocution prononcée le 9 mai 1991 à l'occasion de la remise du Prix Charlemagne... Notes :

Poncifs, évidences, salamalecs, salonnades, je n'apprends rien. Je conseillerai néanmoins aux rédacteurs des discours – ou au traducteur pour Havel, ou les lecteurs d'épreuve, si tant est qu'il y en ait eu – de parfaire orthographe et grammaire. Ainsi, p. 27 :
« ont consacré leurs vies »
qui laisse à penser que les hommes politiques ont le privilège d'en posséder plusieurs à la fois ;
puis, p. 49 :
« invasion des armées du Pacte de Varsovie » :
par qui les armées ont-elle été envahies ?...
Parmi les « dates clés de l'histoire tchèque » qui clôt l'ouvrage, l'on trouve l'année « 1787 : première de Don Giovanni de Mozart à Prague » et
« 1881 : ouverture du Théâtre National à Prague »...
Mozart sur le même plan que Palach et Rodolph II !?

11 septembre 1997