Hippolyte a le goût des voyages, de la solitude et de la méditation.

Pour l’heure, il bivouaque au bord du lac du Désappointement, dans le désert de Gibson, en Australie occidentale.

Il est seul. Il est assis à l’entrée de sa tente et mâche lentement une barre de céréales vitaminées. Il regarde l’eau à ses pieds, puis le ciel, il est bien.

S’il a spécialement choisi le désert de Gibson, c’est qu’il en joue. De la Gibson. Un vieux modèle Les Paul Custom qu’on lui rachèterait à prix d’or si seulement il consentait à s’en séparer. Ce qu’il ne fera jamais. Et ce qu’il ne fait jamais, sauf pour ses longs périples au bout du monde qui l’aident à se « ressourcer », comme on dit. Ce que lui ne dit pas, car lui ne dit rien...