Grand bonheur de lecture en la personne de Hocus Pocus,
« roman » de Vonnegut, Vonnegut pour qui j'ai toujours eu grand faible
et qui là, une fois de plus, m'étreint la bouche et le cœur, l'un pour le rire et le sourire, l'autre pour l'émoi et la tristesse, les deux assemblés créant un léger vertige. À l'image de Bluebeard
– pour lequel j'avais écrit un magnifique article, exceptionnellement saisi directement et que l'ignoble ordinateur m'avait avalé –, c'est superbe...

3 avril 1991