Je suis allé à la souffrance. Il y avait Ibsen, Hedda Gabler, trouvé aux puces, et que j’avais mis de côté parce qu’il s’agissait de théâtre. Les dix premières pages sont parsemées de notes au crayon gris, assez déconcertantes. Elles ne m’ont pas gêné, au contraire, mais le texte est trop insipide pour que je poursuive. Je l’ai posé sur la pile (cinquante centimètres) des livres à entrer dans le site...

 

22 septembre 2015