« Patrice et Vivien jouent aux échecs. Richard fait des grimaces. Quant à Herbert, il est en train de s'imaginer qu'il va pouvoir me sauter. Entre. »

Elle sourit.

« Tu es très belle, Bénédictine. »

Elle sourit de nouveau.

« Merci, Isidore. »

Trois bises sur la joue et s'en vont, remontent tous deux le couloir, Isidore derrière elle, qui machinalement – et sans en éprouver une attirance particulière – suit la ligne de ses cuisses et les courbes et rondeurs de la jupette qui au gré de sa marche s'accentuent alternativement.

Il a une bouteille de whisky à la main qui, pour une grande part, est responsable de l'accueil chaleureux que lui fait Herbert. Richard, quand à lui, est aux prises avec la platine-cassettes dont il se décide à interrompre le cours pour enclencher aussitôt la platine-laser dans laquelle il a préalablement glissé Bootleg series 1-3, de Bob Dylan.

« Des inédits en pirate ! Le must ! »