Roman est malade. Anne a appelé hier matin pour annuler le cours. Du coup, je me suis retrouvé avec une heure de battement entre la sortie du boulot et le latin à 19 h 00. Qu'en faire ? Je me suis trouvé désemparé. J'ai pensé, à un moment donné, en profiter pour passer chez Broc and Roll rue du Port où je dois me rendre depuis des mois. Mais j'ai renoncé à l'idée de tourner pour trouver une place où me garer. En définitive, j'ai opté pour Allegro et le Vieux Lille. Allegro dans ses nouveaux locaux. Où je n'ai trouvé que la grosse machine, les Gnossiennes et tout le toutim. Je me suis alors rabattu sur la petite librairie spécialisée dans le théâtre, rue de la Clef, dans l'espoir d'y dégoter un Guitry. Pas de Guitry. Mais en suis sorti avec trois livres : La valse des toréadors, Ornifle d'Anouilh, et une curiosité Les Cousins (Garçons, dans le manuscrit !), roman de ? « d'après le film de Claude Chabrol », avec photographies. Comme il me restait un peu de temps, et que c'était l'heure de ma cigarette, je me suis arrêté au Point Central où j'ai lu quelques pages de Mélodies

en regardant tomber la pluie.

 

30 mars 2001