Jean Eudes, prêtre français, est né à Ri en 1601 pour aller mourir à Caen en 1680. Tout d’abord oratorien, il a multiplié les missions en Normandie, puis, une fois exclu de l’Oratoire lorsqu’il a fondé le séminaire de Caen en 1643, a organisé la Société des prêtres de Jésus et Marie – autrement appelée « eudistes » – pour la gestion des séminaires, et l’Institut du Bon-Pasteur pour le relèvement des prostituées...

C’est ce dernier point qui seul intéresse Jean, et l’a poussé à s’enticher de cet illustre saint avec qui il partage le même prénom ; ce point qui l’a décidé cette année à passer ses congés d’août à Lille, entre l’avenue du Peuple Belge et le parvis St Maurice, zone où généralement officient ces « dames lestes » [sic] pour qui il a tout à la fois de la haine, de la répulsion, de l’attirance et de la commisération.

Cependant, il n’est pas sûr qu’il accorde au terme « relèvement » le même sens que le Petit Robert attribue à son prédécesseur...