Il consiste en une simple feuille de format A3 pliée dans le sens de la largeur, soit au total quatre pages.

La mise en page est sobre, aérée, claire : Michel et Laurent misent tout à la fois sur la qualité de l’information et sur le confort de la lecture. Foin de ces bulletins paroissiaux ou municipaux et autres fanzines qui oublient que l’œil précède le cerveau et qu’un écrit ne peut être pleinement reçu que s’il figure sur un papier de choix et est coulé dans un caractère alliant esthétisme et lisibilité. Michel et Laurent l’ont bien compris, aussi peut-on dire du Petit Écho du Quartier – encore que l’impression laser dont ils usent n’égale point la bonne vieille presse et la typographie – qu’il s’agit d’un irréprochable imprimé dont la simple vue est déjà un plaisir, et la lecture, à laquelle elle prédispose efficacement, un véritable régal.