Julienne est la dame que l'ambulance est venue chercher. Elle habite au numéro 15, avec son époux, dont ils n'occupent que le rez-de-chaussée, les deux autres étages étant loués, ce qui ne se fait pas sans inconvénient car le couloir du bas est commun à toute la maison. C'est une des raisons pour lesquelles tous deux sélectionnent avec grand soin les locataires qui, dans leur immense majorité, sont célibataires, tristes et timorés... En sus, ils interdisent : les animaux domestiques ; les visites de personnes de sexe opposé – et pour l'avenir, puisqu'ils soupçonnent celui du second d'avoir des mœurs quelque peu lâches, les visites des personnes de même sexe – ; toute manifestation sonore après dix-neuf heures ; la  « culture »  des plantes en pot (dont ils craignent l'influence sur le vernis des meubles ancestraux) et le port d'autres chaussures que celles qu'eux-mêmes leur fournissent à leur arrivée, soit des chaussons de laine et de coton que de leurs propres mains ils ont confectionnés... Il reste à préciser qu'il s'agit de meublés et que parmi la longue liste des Devoirs du locataire figure ce point qui stipule que chaque pièce de mobilier doit être hebdomadairement ciré, ce sera vérifié.