Crise inflammatoire durant l’après-midi, puis ça s’est calmé, avec quelques légères poussées de temps à autre. À présent, ça va, mais j’ai peur d’aller me coucher… Des puces, j’avais rapporté quelques livres pour moi, dont cinq japonais. Je les ai descendus, posés sur la petite table du salon avec l’intention d’y jeter un œil et, éventuellement, d’en entamer un. J’ai lu les premières pages des deux premiers (Les Pornographes de Nosaka Akiyuki et La fin de l’été de Setouchi Jakuchô), c’était trop mal écrit ; puis j’ai largement entamé le troisième (Les années douces, Kawakami Hiromi) en alternance avec des crises de somnolence et quelques images de télé. Puis j’ai regardé « C dans l’air » et, à la suite, une bonne partie de « C à vous » dont j’ignorais tout. De temps à autre, je coupais le son et me remettais à la lecture… (J’ai beaucoup fumé, comme si le tabac pouvait être un remède contre les crises lombaires – mais c’en est un contre l’énervement et l’agacement qu’elles provoquent)… À ma gauche, le 19 décembre, « ouvert » à la page 11, m’attend depuis je ne sais quand… Je pense que je suis définitivement perdu pour l’écriture