Sur mon bureau, il y avait une enveloppe contenant deux livres de Kadaré. Le premier, je l’avais commandé à Suezen sur PriceMinister, le second, Le général de l’armée morte, elle me l'a offert, avec, en sus, quelques beaux timbres. Elle déplorait de ne rien avoir eu durant plus de dix jours. C’est pour cette raison que je lui avais commandé Concert baroque. Mais comme je voulais l’ajouter à mes vendeurs favoris et que deux achats me semblaient insuffisants pour justifier ce choix, j’ai passé commande pour Kadaré. J’ai consulté sa boutique, car, autant commander quelque chose qui puisse m’intéresser et non faire un achat de pure complaisance. Je n’avais jamais lu Kadaré, Kadaré qu'elle encense…

 

2 avril 2005