(Je pensais tout à l’heure à un parallèle entre le Kawabata que je peine à terminer et ce texte-ci, La fiancée de cire, l’un d’une sommité internationale, l’autre d’un parfait inconnu qui se fait plaisir. Y a-t-il réellement une différence ?)…

 

27 avril 2005