Je ne me sens pas très bien. Dans la nuit, hormis mes crampes, j’ai eu des gênes stomacales qui m’ont fait craindre le pire. Je les avais encore au réveil. J’ai pris mon petit déjeuner, ça n’a rien arrangé, et j’étais transi. Éléonore m’a conseillé de m’allonger un peu sur le sofa de son bureau. C’est ce que j’ai fait. Au bout d’un moment, il m’a semblé que j’allais un peu mieux et j’ai attrapé un livre posé sur la petite table ronde près de la fenêtre. C’était le Kadaré que je lui avais acheté en janvier pour la séance mah-jong. Je l’ai entamé.

 

5 mars 2011