Inutile de me leurrer, je ne le lirai pas avant longtemps. J’ai trop oublié de l’allemand, notamment au point de vue vocabulaire. Il me faudrait le lire avec un dictionnaire et j’avoue qu’actuellement je ne m’en sens guère le courage. Tant pis…

(Mais pourquoi « tant pis » puisque je vais le glisser

dans la bibliothèque d’où, un jour ou l’autre, je le ressortirai ?)

 

9 janvier 1998