C’était ce matin. James était en train de dresser la liste de ce qu’il devait acheter à midi. Il le faisait à voix haute. « Et un cadeau pour Guy », ai-je dit. Lorsque je suis revenu de chez Bert, j’ai trouvé sur ma chaise deux objets cachés par des dossiers. Je m’en étais douté, il m’avait pris au mot. Il y avait une boite de chocolats et un livre. Le livre est de Douglas Kennedy, L’homme qui voulait vivre sa vie. Je l’ai remercié en me gardant de préciser, même en plaisantant, que je ne lisais plus de traductions de l'anglais. Je l’ai ouvert au hasard en en prenant connaissance. La première phrase sur laquelle mon regard s’est posé est : « Cancer de l’estomac, inopérable. » Hier soir, j’ai encore eu des douleurs et des lourdeurs à l’estomac après le repas. Ça va mieux depuis le réveil, mais je sens encore une lourdeur et une certaine gêne.

Le temps est épouvantable…

 

14 décembre 2011