Avant-hier, j’ai regardé pour la énième fois Opening Night. J’ai ensuite entamé La Plaisanterie de Kundera. C’est la traduction définitive de 1987. Il y a eu une première traduction, puis un second traducteur qui s’y est attelé avec l’aide de Kundera lui-même. Il n’empêche qu’une révision ne me semble pas superflue : commencer par virer les participes présents à caractère scolaire, puis les imparfaits du subjonctifs très mal venus (je préconise leur suppression de l’enseignement ; c’est complètement obsolète) ; enfin, revoir le français (multiples fautes de base) et le style (ça ressemble souvent à un brouillon et j’ai souvent l’impression de me trouver dans mon journal à l’époque de V.) ; autrement, c’est une vue du socialisme tchèque assez édifiante…

 

31 juillet 2012