C'était à Audreuses, Antek parlait de La Chambre bleue, d'un « érotisme époustouflant ».
En passant dans l'une des pièces du rez-de-chaussée, je suis tombé sur la collection du père de Doriane, l'intégralité des Simenon. J'y ai prélevé cette fameuse chambre bleue, en ai survolé quelques pages durant la fin du repas. Nous sommes passés au jardin, nous sommes installés pour une sieste dans le soleil et sous un petit vent frais. Je me suis calé dans une chaise longue et, à la demande générale, ai lu quelques passages de la chambre bleue...  « [...] elle était là, nue, jambes écartées, exposant la tache sombre de son sexe d'où sourdait un filet de sperme. »
C'est l'une des premières phrases, 1964...

14 avril 1997