Ouf, ça va mieux ; mais l’on peut se demander, tant l’événement d’aujourd’hui est important, d’une telle importance qu’il requiert toutes les facultés et tous les sens – dont chacun sentira que la sollicitation se devra être en prise directe avec les faits et non soumise à l’à-plat terne d’un écran de télé, et si hier la station horizontale était de mise, ce soir la verticale s’impose et ainsi toute la rue, qui sur le trottoir, qui à sa fenêtre, a la tête en l’air –, on peut se demander si les astres, peut-être plus influents qu’il n’y paraît et qu’on le dit, ne leur aurait pas à tous glissé à l’oreille – oreille interne, il va sans dire – la nécessité de faire le soir même ce que d’ordinaire ils exécutaient le lendemain, soit le samedi soir, soit, en l’occurrence, ce samedi soir-ci.

Aussi, la fornication hebdomadaire ayant été accomplie avec une journée d’avance, chacun et chacune est-il frais et dispos, disponible et attentif, pour assister au spectacle du ciel qu’on leur a promis rare, féerique et exceptionnel.