Ce matin-là, c'est une 205 blanche qui dépose Rosine à la porte du cabinet de Martine.

Il s'appelle Léa, et s'il n'est pas précisément un crâneur, il aime parfois à frimer au volant de son engin vrombissant et rutilant.

C'est la seconde fois de sa vie qu'il emprunte la rue V. La première fois, ce fut pour y percuter le petit Rémi ; cette fois-ci, c'est pour y déposer Rosine qu'il a rencontrée la veille dans un bar et emmenée ivre chez lui pour la nuit.

S'il se souvient vaguement de l'accident par contre, il n'a pas le moindre souvenir de l'endroit où il a pu se produire : pour lui, toutes les rues sont identiques et celle-ci en vaut bien une autre pour y déposer une fille timide et malléable qu'il a dû saouler de force pour mieux la sauter et l'humilier par la suite.

Et c'est innocent et léger que Léa s'arrête devant la porte du n° 12 ; et c'est humiliée et meurtrie que Rosine descend de son impeccable voiture.