Il y a quelque temps, j'ai lu dans les Inrockuptibles un article sur la Série Noire. Éloge de Peter Loughran dont je n'avais même jamais entendu le nom. Dans la semaine, à Tournai, chez un brocanteur, je tombe précisément sur un livre de Loughran, et celui-là même dont on parlait dans cet article. Je m'empresse de le lire.
Ennuyeux, au départ (sorte de sous-San-A.), puis intrigant, tandis que se dessine et se dévoile le narrateur (première personne, un marin dessalé, perturbé, tout entier concentré sur le sexe), et finalement très intéressant.

6 octobre 1995