« Notre population vieillit. Nous devons accepter – et la reconstruction va nous y encourager – l’arrivée d’immigrés. Le Japon a l’opportunité de changer. Sinon, il régressera. » C'est Oriza Hirata qui parle. Je n’avais pas fait le lien entre le vieillissement, la baisse de natalité et l’absence d’immigrés. Le Japon vit toujours en circuit fermé, je l’avais oublié. Ceci explique cela. Puis : « Il faut prendre garde que, en voulant nous protéger des tsunamis, nous n’élevions pas une muraille encore plus haute qui nous isolerait. »

Ce midi, j’ai acheté L’autre face de la lune, Écrits sur le Japon de Lévi-Strauss. Comment y échapper ?

 

13 avril 2011