Éléonore m’a apporté des puces Cinq nô modernes de Mishima. C’est traduit par Marguerite Yourcenar. Connaissait-elle le japonais ? J’ai peine à le croire.

 

18 juillet 2010