Je viens de lire trois contes des Mille et une nuits tels qu’ils apparaissent dans cette belle édition (Auzou) dont je parlais l’autre jour : Alibaba et les quarante voleurs, Ali le paresseux et Le poisson miraculeux. Éléonore est montée tandis que je les lisais, à même mon bureau, et s’est étonnée que je m’intéresse à un livre pour enfants. « Ce n’est pas précisément pour les enfants », ai-je dit. « Yes, you’re right. It’s for adults and maybe they are not exactly the same ones for children. » « Maybe » J’ai jeté un œil sur le réseau où ils figurent en lecture. J’ai trouvé Le poisson miraculeux dans une autre traduction ; l’histoire est la même. Il me semble qu’il y ait des contes lestes, non ?

 

25 avril 2015