C'était ce matin à La Clef des Chants, où j'étais passé pour m'ôter de la tête l'impasse d'un manuscrit et une lettre implacable en provenance de la banque.

Il n'y avait que deux personnes : un type âgé, qui m'était inconnu, et une adolescente, qui à mon arrivée a levé la tête du bac qu'elle passait en revue pour me sourire.

Elle est étudiante, habite au foyer du numéro 10.

Depuis le début de cette année scolaire, je la croise souvent dans la rue et à chaque fois nous nous sourions et nous saluons sans que jamais nous ne nous soyons autrement parlé, sans que jamais n'ait affleuré le moindre signe que nous désirions nous arrêter et nous parler. Et ce matin, de la même manière, nous nous sommes souri et salués ; et comme l'occasion se présentait, nous nous sommes parlé.