É mezzanotte Dottore Schweitzer (la traduction, je pense, est inutile).
Pis aller, mais faute de mieux ;
je n'ai que ça à me mettre sous les yeux en italien...
Je m'attendais à nager complètement. Au contraire, j'ai été très étonné de n'avoir rien oublié. Ou si peu. Mon plaisir de retrouver cette langue n'en est que plus grand. Quant au texte...

2 juin 1990