Après-midi chez maman qui n’aurait pas été pénible si elle ne parlait pas tant (même dans la salle de bains porte fermée, elle parle !). Surprise en la découvrant en culotte dans le séjour ! Pour le reste, la routine, sauf qu’elle m’a offert le livre dont elle me rebat tant les oreilles depuis des mois, Miracle dans les Andes, exemplaire qu’elle destinait à son médecin adoré qui ne l’est plus depuis qu’il l’a « laissée souffrir cinq heures durant sans se manifester ». Je l’ai posé sur la table de la cuisine en rentrant, suis passé dans le salon d’hiver (je ne sais pas pourquoi nous l’appelons jardin d’hiver puisque c’est la pièce la plus froide de la maison, notamment en hiver) pour terminer Le dieu manchot. Saramago achevé, je suis revenu dans la cuisine, ai posé les yeux sur ce livre dont j’avais déjà oublié l’existence. Je l’ai pris, feuilleté, en ai lu une page près de la table, suis allé m’asseoir dans le séjour et en ai avalé cent pages. C’est tout de même une histoire extraordinaire.

 

20 avril 2008