Une chose que j'ai oubliée de l'entretien avec Odile : la mention de la publication du journal de Claude Mauriac, Le temps immobile où tout est mélangé. J'ai tressailli. Mais ai soufflé lorsqu'elle m'a appris, répondant à ma question : est-il daté ?, qu'il l’était et qu'il ne s'agissait que du mélange des dates et non du temps débarrassé de ses dates...

 

12 avril 2000