D'étymologie en racine et de dictionnaires en manuels,
nous en arrivons au Roman de la Rose, dont je lis un extrait
dans un ouvrage mien oublié dans la bibliothèque :
Auteurs français. Moyen âge. Classiques Hachette, de 1957 :

E la volentez me roissoit
Toz jorz d'aler vers la rosete
Qui aloit mianz que violete ;

La rose est le symbole de l'amante.
Je repense évidemment à mon clin d'œil grec du dernier Bulletin...

Je repense aussi au verbe « courtiser » employé par Francko l'autre jour
et que j'ai repris récemment dans un courrier.
Je pense aussi qu'il y a, dans ma relation avec elle,
plus d'une similitude avec l'amour courtois.
Ce serait à développer
(et j'avoue que ça n'est pas pour me déplaire...).

Si je pouvais avoir les idées suffisamment claires,
libres pour m'attacher à cette littérature !

(Au moyen âge, « plaisir » était le verbe pour « plaire » :
PLAZ - PLAIS - PLAIST - PLAISONS - PLAISIEZ - PLAISENT
.
Et à la 1
re personne du présent du subjonctif : PLACE...)

(De même : MANOIR (ou MAINDRE) – la signification n'étant pas donnée : manipuler ? –,
qui donne à l'impératif :
MAIN...)

(ARDOIR donne à l'impératif ART ;
CHEOIR donne à l'impératif CHIE ;
DOLOIR donne à l'impératif DUEL ;
DONER donne à l'impératif DONE – pour Listopad ! – ;
FERIR donne à l'impératif FIER ;
HAÏR donne à l'impératif HÉ ;
OÏR donne à l'impératif O (!) )

24 février 1997